Briefmarken 1849
Certificat Pascal Scheller

Frankreich (FRANCE) - Briefmarken 1849

Katalog Yvert 3e

France 1849, Cérès 20c noir sur blanc paire TÊTE-BÊCHE, une petite marge en haut (filet intact) sinon bien margé et sans défauts, oblitéré Grille. Le timbre de gauche avec variété de fabrication "pli d´accordéon". TB et rare. Certificat Pascal Scheller. Yvert 3e, Maury/Dallay 3a tb = 11500 EUR.

France First Issue, 1849, 20c black on white, TÊTE BÊCHE pair with full to wide margins, the right stamp with interesting paper fold variety. A fine example of this famous error. Scott 3c

Frankreich 1849, Cereskopf Ausgabe 20c schwarz auf weiß, seltener KEHRDRUCK voll bis breitrandig in tadelloser Erhaltung, die rechte Marke mit ungewöhnlicher herstellungsbedingter Abart "Papierfalte". Ein ordentliches Exemplar dieser berühmten Rarität.
Michel 3xK

verkauft / sold

Suchen Sie etwas Ähnliches?
Are you looking for something similar?


Weiterempfehlen / recommend


WIKIPEDIA: Émis le 1er janvier 1849, le premier timbre de France est destiné à l´affranchissement des lettres de moins de 7,5 grammes. Le 20 centimes noir est retiré définitivement de la vente le 29 octobre 1850, soit trois mois après le changement de tarif du 1er juillet 1850, qui met fin à son usage principal.
La plus ancienne date d´usage connu est le 31 décembre 1848, oblitération provenant d´Alger, ce pourrait être un usage anticipé ou d´une erreur de cachet, la date n´ayant pas été changée après la nuit de la Saint-Sylvestre. Toutefois, bien que deux exemples seulement soient connus, ces usages anticipés ne sont pas une anomalie en soit, la vente des timbres-poste est en effet autorisée par circulaire à partir du 25 décembre 1848, afin que les usagés puissent utiliser dès le premier jour des nouveaux tarifs le préaffranchissement du courrier avant la mise à la boite postale. Il semble que seul le 20 centimes noir ait été vendu antérieurement à son usage officiel.
Le tirage, important, est d´environ 41 700 00015. Il s´en serait vendu plus de 31 millions d´exemplaires. L´impression a été faite quasi sans interruption du 4 décembre 1848 à la fin février 1849.
Le 20c noir a été imprimé jour et nuit du 4 décembre 1848 jusqu´au 17 janvier 1849 pour approvisionner l´ensemble des bureaux de poste18. Puis jusqu´au 22 février 1849, de jour uniquement. À partir de cette date, les timbres sont imprimés en bleu.

Il existe plusieurs clichés inversés (ou Tête-bêche) dans les panneaux d´impression utilisés : trois sur la planche 1, un sur la planche 2 et un sur la planche 320. Le tirage potentiel de paire en tête-bêche est estimé à 200000 exemplaires. La plus ancienne paire tête-bêche connue ce jour (sur lettre) est datée du 13 janvier 1849.

Variations de teintes et de papier
Le 20c est imprimé en noir sur un papier blanc et en noir sur papier jaune (pâle) (teinte dans la masse du papier) fourni essentiellement par les établissements « Lacroix ». L´encre passe d´un noir intense, très couvrant, à une teinte dite gris-noir. La couleur du fond (une encre lithographique antifalcification) varie aussi d´un blanc très légèrement jaunis à un jaune bistre foncé amplifié par le vieillissement, qu´il ne faut pas confondre avec la couleur du papier. Les premiers tirages sont noir sur papier blanc, les derniers sont plutôt noir sur papier jaune.
Les 20c noir sur chamois, nuance particulière, est due à l´utilisation par erreur d´un papier teinté en bistre-jaune (dit chamois) dans la masse du papier (imprimé en 1850).
Les planches du vingt centimes ont été utilisées dès leur réalisation, parce qu´elles étaient les premières terminées, pour réaliser des essais d´encres et de papiers. Il existe ainsi des timbres-poste à 20c. de couleur bleu sur papier jaunâtre d´impression soignée très fine, noir sur papier rouge ou papier bleu, rouge sur papier blanc, rouge sur papier rouge, couleurs et papiers teintés utilisés pour la réalisation de la première série de timbres-poste : 20 centimes en noir sur blanc, 40 centimes en bleu sur bleuté et 1 franc en rouge sur orangé.
Cette valeur a fait l´objet d´une réimpression très nette et très soignée en 1862 pour satisfaire une demande de Sir Rowland Hill (tirage : 4350 timbres-poste conservés, une grande partie des planches est conservée au Musée de La Poste). Ce tirage est difficile à reconnaitre.